meta http-equiv="content-type" content="application/xhtml+xml; charset=UTF-8" Content-Type text/html; charset=UTF-8 Web Net Museum - Pierre Restany

||||||||||||||||||||||||||||||

Fred Forest - Retrospective
Art sociologique - Esthétique de la communication
Exposition Art génératif - Novembre 2000
Exposition Biennale 3000 - Sao Paulo - 2006

PRESENTATION
EXPOSITIONS
REFLEXION
COLLOQUES
ACTUALITES
CONTACT

Reflexions

> Annick Bureaud, Interview avec Fred Forest. réalisée le lundi 22 décembre 2008 à Paris

> Louis-José Lestocart : Entendre l’esthetique dans ses complexités

> Mario Costa
> Pierre Lévy et Philippe Breton
> Pierre Lévy - Séoul
> Pierre Restany/Fred Forest un compagnonnage de trente ans
> Pierre Lévy: Pour un modèle scientifique des communautés virtuelles (Ce texte est dedicacé à Fred Forest par Pierre Levy - Format PDF)
> " L'art contemporain est-il contemporain ? " Fred Forest, 2004

VINGT TROIS TEXTES DE PIERRE RESTANY SUR FRED FOREST
1. 1974- UN VIDEO RITRATTO ALL'ASTA PAR PIERRE RESTANY

2. 1974- RESTANY DÎNE A LA COUPOLE
VIDEO PORTRAIT D'UN CRITIQUE D'ART par Pierre Restany
 

3. 1974- ART ET COMMUNICATION PAR PIERRE RESTANY

4. 1975- ART SOCIOLOGIQUE ET LE COLLECTIF d'ART SOCIOLOGIQUE PAR PIERRE RESTANY

5. 1975-LA PRESENCE DE L'ABSENCE PAR PIERRE RESTANY

6. 1975- UNE CAMPAGNE PROPHYLACTIQUE A TROIS PAR PIERRE RESTANY
7. 1977- PARIGI : SEIMILACINQUECENTO FRANCHI PER UN READY-MADE COLLECTF INVOLONTAIRE PAR PIERRE RESTANY
8. 1978- BIENNALE DE VENISE PIERRE RESTANY COMMISSAIRE
9. 1977- CERTIFICAT D'AUTHENTICITE DELIVRE PAR PIERRE RESTANY
10. 1978- DU M2 ARTISTIQUE AU TERRITOIRE PAR PIERRE RESTANY
11. 1980- FRED FOREST, AVENTURIER, POETE, ARTISTE DE LA SOCIO VIDEO PAR PIERRE RESTANY
12. 1982- BOURSE DE L'IMAGINAIRE ESSENCE DU MONDE PAR PIERRE RESTANY
13.1983- LA CONFERENCE DE BABEL
14. 1991- LA BIBLE ELECTRONIQUE, LA BIBLE DES TEMPS MODERNES PAR PIERRE RESTANY
15. 1991- PROCLAMATION SUR LA TELEVISION UTOPIQUE DE FRED FOREST PAR PIERRE RESTANY
16. 1995- DE YVES KLEIN A… FRED FOREST. LE CHANT DU MONDE, OU (ET) LE CHAMP DU MONDE ! PAR PIERRE RESTANY
17. 1995- DE L'ART SOCIOLOGIQUE A L'ESTHETIQUE DE LA COMMUNICATION, UN HUMANISME DE MASSE PAR PIERRE RESTANY
18. 1997- UN PHENOMENE AIGU DE CONSCIENCE PAR PIERRE RESTANY
19. 1999-CERTIFICAT D'AUTHENTICITE DE PIERRE RESTANY
20. 1999- CORRESPONDANCE DE PIERRE RESTANY A FRED FOREST
21. 1999- LE CENTRE DU MONDE DE FRED FOREST PAR PIERRE RESTANY

22. 2000- LE GRAND NAIF DE L'INTERNET PAR PIERRE RESTANY

23. 2002/2003- LES DERNIERS E-MAILS

 

6. 

1975-- UNE CAMPAGNE PROPHYLACTIQUE A TROIS PAR PIERRE RESTANY

Catalogue Musée Galliera, mai 1975 (Rédigé à Milan le 14 mai 1975)

1965/1975 : dix ans de lente désobjectivation, de dématérialisation continue de l’art. Minimal art, land art, art pauvre, body art, process art, cool painting : tous ces différents processus de désobjectivation ont proliféré au rythme d’expansion de la nébuleuse de l’art conceptuel. Au fur et à mesure que l’art contemporain perdait une composante esthétique traditionnelle (œuvres) au profit d’une composante morale (comportements) un phénomène compensatoire de récupération objective se produisaient au niveau de l’enregistrement de l’action ou de la méthode de lecture de la proposition conceptuelle.

La mis en situation critique de l’art par les artistes eux-mêmes a abouti à un changement radical dans les termes de la communication. C’est le contenu critique de la démarche artistique qui s’est auto-objectivé en quelque sorte à travers les moyens techniques de sa propre documentation.

Nous voici à la fin de cette décade de pré mutation anthropologique, confrontés avec un matériel documentaire dont l’abondance ne fait que croître. Le produit de l’ensemble de ces activités critiques enregistrées et objectivées constitue le fait socioculturel majeur de notre époque. Parler dès lors d’art sociologique devient tentant et d’ailleurs les faits tangibles nous y poussent. Dans un manifeste publié par " Le Monde " du 10 octobre 1974, Hervé Fischer, Fred Forest et Jean-Paul Thenot annoncent la création d’un collectif d’art sociologique. Ce collectif " par sa pratique artistique tend à mettre en question, à mettre en évidence les faits sociologiques de l’art et à visualiser l’élaboration d’une théorie sociologique de l’art ". De son côté le professeur Bernard Teyssèdre s’est fait le porte-parole d’une conception plus élargie de l’art sociologique, et, au cours des différentes manifestations axées en ce sens qui ont eu lieu durant cette saison, on a pu percevoir une croissante divergence entre le noyau opérationnel dur des trois membres du collectif et l’intervention plus flexible du professeur-poète. Divergence qui porte sans doute autant sur la tactique que sur le fond, mais qui a poussé Fischer, Forest et Thénot à reprendre leur entière liberté de manœuvre en se démarquant par rapport à la " nouvelle vague socio " à la fois par la rédaction en mai 1975 d’un second manifeste et par l’organisation de la présente exposition.

Fischer, Forest et Thénot ont entrepris en commun ce que l’un d’entre eux appelle une " véritable campagne prophylactique ". Ils entendent êtres jugés à l’œuvre et c’est sur l’efficacité de leurs méthodes que nous les jugerons. Hervé Fischer et ses exercices pédagogiques d’hygiène de l’art (peinture essuie-mains, pilules anticonceptuelles, signalisation artistique), Fred Forest et ses animations vidéo, Jean-Paul Thénot et ses enquêtes statistiques, font de la sociologie de l’art purement et simplement. Mais ils en font en tant que pratique artistique. Et cette pratique se fonde sur un fait précis : la saturation de la sensibilité collective par les mass media. Tous les moyens sociologiques sont bons (à commencer par l’usage diversif des mass media eux-mêmes) quand il s’agit d’éveiller l’homme à la conscience de sa massification psychosensorielle. Lorsque Hervé Fischer recouvre les panneaux de signalisation dans les rues d’inscriptions telles que"  Art ! Qu’avez-vous à déclarer " ou " Attention peinture ", il nous rappelle que l’art s’identifie à la notion de frontière culturelle et correspond à un clivage social. Les œuvres qui passent la ligne de démarcation sont des marchandises à valeur déclarée. Lorsque Fred Forest publie dans tel ou tel quotidien un carré blanc (c’est-à-dire un espace vide) en invitant le lecteur à le découper et à le lui retourner dûment rempli (c’est-à-dire à s’en servir pour lui transmettre librement un message), quand ce même Forest offre aux vieillards d’une maison de retraite les moyens de faire un film où ils se racontent eux-mêmes, son but est de stimuler l’urgence expressive latente du public le plus anonyme et de lutter contre la passivité paralysante de la communication. les enquêtes et les sondages d’opinion de Thénot sont basés sur l’effet choc de la demande qui provoque la réponse. Il entend rendre lisible et compréhensible l’opération de questionnement. Son travail acquiert de ce fait une valeur didactique non coercitive. L’accent est délibérément porté sur les faits didactiques, révélateurs, libérateurs de la méthode, beaucoup plus que sur l’analyse des résultats. D’où l’aspect systématique et, à la limite, naïf que revêtent ces travaux. Mais les méthodes du collectif ont en revanche un immense avantage : celui d’être assumé clairement en tant que telles, sans faux-semblant et en parfaite honnêteté et intelligence. La fermeté idéologique du collectif est le fondement positif de sa dynamique.

Pierre Restany, Milan 14 mai 1975

^


Présentation | Exposition | Réflexion | Actualités | Contact

Copyrights Fred Forest