meta http-equiv="content-type" content="application/xhtml+xml; charset=UTF-8" Content-Type text/html; charset=UTF-8 Web Net Museum-Fred forest-Retrospective-Art sociologique-Esthetique de la communication-Textes critiques-Manifeste pour une esthetique de la communication, par Fred Forest

||||||||||||||||||||||||||||||

Fred Forest - Retrospective
Art sociologique - Esthétique de la communication
Exposition Art génératif - Novembre 2000
Exposition Biennale 3000 - Sao Paulo - 2006

PRESENTATION
EXPOSITIONS
REFLEXION
COLLOQUES
ACTUALITES
CONTACT

> Editorial
> Oeuvres/Actions
> Textes critiques
> Biographie
> Bibliographie
> Note synthétique
> Retrospective en ligne
> Conférence audio
> Vidéo

"AVANT-PROPOS"
Louis-Jose Lestocart Version française
Louis-José Lestocart : l'oeuvre-système invisible ou l'O-S-I Version française
 
AUTEURS
Vinton Cerf Version française
Priscila Arantes Curateur de l'exposition retrospective au Paço das Artes Version française
Michaël F Leruth Version française
Evelyne Rogue Version française
Pierre Restany Version française
Pierre Restany Version française
Annick Bureaud Version française
Pierre Levy Version française
Mario Costa Version française
Jean Deveze Version française
Pierre Moeglin Version française
Frank Popper Version française
Pierre Restany Version française
Pierre Restany Version française
Harald Szeemann Version française
Derrick de Kerckhove Version française
François Rabate Version française
Vilem Flusser Version française
Edgar Morin Version française
Marshall McLuhan Version française
   
TEXTES DIVERS 
1 - Note de synthese sur la demarche de Fred Forest 
2 - Manifestes art sociologique (1974) et Esthetique de la communication (1983)
3 - L'Esthetique de la communication par Fred Forest (1983)
4 - Manifeste pour une esthetique de la communication
5 - La famille video par Fred Forest (1976)
6 - Apprenez à regarder la television avec la radio par Fred Forest et Pierre Moeglin (1984)   
7 - Pourquoi presenter sa candidature pour le poste de president de la TV Bulgare par Fred Forest (1991)

 

Manifeste pour une esthétique de la communication

par Fred Forest 1983

 

1- Esthétique de la communication et intervention sur la réalité comme activité symbolique et esthétique

L'Esthétique de la Communication conçoit de transposer directement les principes sensibles observés dans l'évolution de notre environnement et du monde sur le fonctionnement de l'art lui-même et de considérer désormais celui-ci non plus en termes d'objets isolés, mais en termes de relations et d'intégration. Les oeuvres, les données, les systèmes d'art devront être appréhendés comme des touts intégrés. Des touts intégrés qui ne pourront en aucune manière se diviser ou se réduire à l'inventaire des parties constitutives matérialisées. Ce qui fonde " l'oeuvre ", ce n'est plus son support matériel ni sa représentation visuelle, picturale, mais ce qui précisément n'est pas perceptible à nos sens tout en l'étant à notre sensibilité.

Notre société en généralisant les modes de production imagée, en les banalisant en quelque sorte, limite leur traitement esthétique et déplace la légitimité de l'intervention artistique de la production à l'invention des modèles. L'inflation des images conduit inévitablement à leur dévaluation. L'Esthétique cherche ailleurs que dans l'incarnation du signe plastique ses terrains d'élection. Ne pouvant plus poursuivre son action sur le mode de la représentation, l'artiste intervient maintenant directement sur la réalité, c'est-à-dire poursuit son activité symbolique et esthétique avec d'autres moyens que ceux qu'il utilisait jusqu'alors.

La démarche dans laquelle je suis engagé est un travail qui prend pour objet la communication elle-même. Travail de réflexion sur la communication mais, aussi, pratique d'action à l'intérieur et sur ce champ. Cette position bouleverse les données classiques de l'activité artistique et en rend l'appréhension problématique. Nous assistons non seulement à un changement d'objet mais aussi de moyens. Ce qui entraîne une modification profonde de la philosophie esthétique.

L'Art Sociologique a témoigné à travers ses expériences diverses son affirmation d'un art de l'action. Un art de l'action dont le développement programmé dans le temps se situe dans l'espace social. Cet art tient compte de l'environnement au sein duquel il prend naissance. Il s'appuie sur une théorie des actes pour agir sur le monde en vue de le changer. Il met en jeu la théorie des communications en produisant des processus d'interactions entre individus ou groupes d'individus. Cet art agit comme pôle émetteur de messages. Il accélère et active la communication. Il innove, soit en introduisant des messages parasites dans les circuits institués, soit en installant ses propres réseaux parallèles. Quelquefois, en établissant carrefours et connexions entre les uns et les autres. Cet usage a pour résultat immédiat une critique de l'information ambiante et déborde le fonctionnement routinier des circuits spécialisés. Il faut souligner ici, avec insistance, que ce qui constitue une nouveauté, c'est le déplacement même du champ d'action de la pratique artistique.

L'artiste de la communication producteur de symbole au même tire que l'artiste traditionnel, colonise d'autres contrées et annexe d'autres champs d'information. Il ne se contente pas des lieux établis, des circuits réservés à cet usage particulier pour un public particulier, mais il déplace délibérément sa production sur d'autres champs et dans d'autres canaux. En passant par les mass-média plutôt que par le musée, ses messages sont moins ciblés, mais il atteint de toute manière, aussi par ce canal, le destinataire visé par le musée. En tout état de cause, il ne peut qu'élargir le cercle des destinataires potentiels, les toucher à distance et par ce biais trouver avec eux une relation nouvelle favorisée par l'originalité de la situation créée. En introduisant ainsi ses propres signes sur, et au travers des médias de la communication quotidienne, journaux, radios, T.V., téléphone, et en les mettant en juxtaposition avec les signes de la société que véhiculent ces canaux, comme autant de signes parasites, l'artiste de la communication agit bien sur l'espace de son temps qui est l'espace de l'information. C'est dans l'espace de l'information qu'il introduit, installe et met en scène ces symboles. Bien entendu, selon le cadre d'intervention choisie, la stratégie de communication exigera des choix de supports, de moments et d'organisation en fonction du message à passer et du but à atteindre. En s'appropriant ainsi d'autres canaux, l'artiste met aussi en évidence la place toute relative dévolue jusqu'alors à la création artistique dans notre société, isolée dans des réserves bien localisées. Aujourd'hui, le champ de l'information ouvre des espaces illimités d'intervention aux artistes qui sauront inventer des formes d'art spécifiques.

La pratique de l'Art Sociologique a toujours accordé une attention poussée aux problèmes communicationnels. Certains ont pu lui reprocher une inflation d'informations dans son propre fonctionnement, notamment en ce qui concerne l'activité du Collectif d'art Sociologique... Particularité inhérente à sa méthode d'action. Dans le fil de sa logique. L'expression de cette communication s'est traduite sous des formes diverses. Recours à des médias variés dont le choix est approprié au moment, comme aux circonstances. Le tract postal a été pour des raisons financières explicables, le moyen le plus largement utilisé. Il permet, en effet, au moindre coût, d'arroser le public visé et surtout de toucher sans intermédiaires des " leaders d'opinion " qui deviendront, eux-mêmes, relais d'information... Néammoins, nos interventions ponctuelles sur les canaux de communication de masse, presse écrite, radio, télévision, ont été nombreuses et remarquées. La dynamique comme l'amplification de l'information font partie de la dimension que nous avons toujours données à notre travail. C'est la grande information qui nous a permis de donner à nos événements l'existence et l'impact social que nous en attendions. Nous avons accordé toujours un soin attentif à la préparation de cette information puis à sa diffusion. La technique de communication fait donc dans toutes nos actions l'objet d'une réflexion préalable approfondie. L'objet d'un plan minutieux. Partie intégrante de notre méthode, ce plan d'action devra toutefois s'avérer assez souple pour s'adapter à toute situation imprévue. Notre action du " mètre carré artistique " est exemplaire à ce titre par les résultats qui ont été obtenus à l'époque. C'est là, sans doute, que joue l'intuition des médias et la sensibilité à leur mode de fonctionnement. Cette sensibilité qui flotte dans l'air du temps induite par l'environnement informationnel dans lequel nous sommes tous plongés.

2- Esthétique de la communication et art comme modèle de simulation face aux pouvoirs.

L'art entretient des liens avec la réalité sur laquelle il tente de peser pour en modifier la perception. Le jeu en tant que modèle de simulation anticipe par investigations successives sur les situations réelles dans le champ des possibles. Il développe des stratégies d'action. Il contribue à renouveler par leur reproduction ludique les rôles sociaux et les comportements. Il les modifie et en propose d'autres versions. Sous cette forme, l'art exerce directement son action sur la réalité sociale. Il lui oppose une représentation simulée qui a pour résultat, par juxtaposition, d'en révéler les imperfections. La culture ne se satisfait plus d'être uniquement un élément de loisir, elle s'affirme comme une arme de combat. Le jeu en tant qu'activité exercée librement, sans obligation, par plaisir, est au sens large du mot une des composantes la plus fondamentale de toute manifestation artistique. Cela ne veut pas dire pour autant que l'art soit une occupation gratuite sans objectif déterminé. Il n'est pas seulement activité d'évasion orientée vers la fiction. " Tout jeu, comme tout médium d'information, est une extension de l'individu ou du groupe. Son effet sur le groupe ou l'individu, est celui d'une reconfiguration des parties du groupe ou de l'individu qui ne sont pas étendues ou prolongées. Une oeuvre d'art n'a pas d'existence ou de fonction en dehors de ces effets sur les hommes qui l'observent. Et l'art, comme les jeux ou les arts populaires, et comme les médias de communication, a le pouvoir d'imposer ses propres postulats en plaçant la communauté humaine dans de nouvelles relations et de nouvelles attitudes. " L'art comme les jeux est une traduction de l'expérience. Ce que nous avons déjà senti ou vu dans une certaine situation, nous le retrouvons subitement incarné dans un nouveau matériau ". (4)

Le concept, la réalisation, le déroulement, la finalité de nos actions visent par une méthodologie appropriée à mettre en relation des situations fictives avec des données du réel. La fiction est présentée au monde réel une " autre réalité " possible ou l'expérience vécue de la communication entre l'artiste et le spectateur se trouve enrichie. Le jeu, le rêve, l'imaginaire sont introduits dans la dimension du vécu. Une telle conception de l'art se heurte aux codes traditionnels et rend sa perception problématique. Dans le domaine des arts plastiques, les oeuvres des siècles passés avaient souvent pour règles de reproduire une certaine " vraisemblance ". Cette vraisemblance était d'ailleurs le critère premier sur lequel se fondait leur reconnaissance. Chaque acte véritablement novateur rompt avec l'ordre établi. Si les innovations artistiques fondamentales se réfèrent toujours obligatoirement au répertoire des connaissances établies, elles se trouvent enrichies par l'apport novateur de chaque artiste. Pour le grand public, l'irruption brutale dans le champ familier de l'art, d'idiomes nouveaux suscite toujours un phénomène naturel d'incompréhension et requiert un temps d'assimilation. Dans l'élargissement actuel des perspectives artistiques à des disciplines appartenant aux sciences humaines, l'expression personnelle tend à devenir la traduction d'un problème plus général dans ses implications politiques, sociales, psychologiques, philosophiques. Cette intégration des sciences humaines dans le contexte artistique des arts plastiques s'accompagne en même temps d'une diversification au niveau des techniques et d'emprunts aux genres littéraires (peinture narrative), comme au théâtre (happening), au cinéma (art vidéo) etc. " A mesure que la prolifération de nos technologies créait toute une série de nouveaux milieux, les hommes se sont rendus compte que les arts sont des " contre milieux " ou des antidotes qui nous donnent les moyens de percevoir le milieu lui-même... L'art vu comme contre-milieu ou antidote devient plus que jamais un moyen de former la perception et le jugement ". (5)

Pendant très longtemps, le discours sur l'art a consisté à discuter essentiellement du sexe des anges. Les choses commencent à changer. L'artiste commence à comprendre, aujourd'hui, dans sa pratique, que le " pouvoir " est lié à toute action humaine. Vouloir le nier au nom d'un idéalisme naïf revient à nier la réalité. Les hommes sont entourés de contraintes et disposent de quelques libertés. Le rapport entre les hommes est toujours conditionné par le jeu de pouvoir qui intervient constamment dans leurs relations. Il ne fut pas craindre de la reconnaître. Le pouvoir se manifeste à tous les niveaux dans les relations humaines. Le pouvoir est l'attribut de chaque acteur social. Chacun exerce un pouvoir, en même temps qu'il le subit. Chacun de nous est obligé de " composer " depuis sa plus tendre enfance avec son environnement. Chacun se voit contraint de mettre au point une stratégie de comportement consciente ou inconsciente, à l'intérieur du système dans lequel il agit. Le changement individuel et collectif nécessite le bouleversement de ce jeu. Il nécessite que chacun apprenne à récuser contraintes et libertés qui constituent son " champ d'action ". C'est parce qu'il prend en compte ces données que l'Art Sociologique s'est voulu un "art des actes ". Même dans les systèmes sociaux les plus contrôlés, il y a toujours une marge de manoeuvre dans laquelle l'individu, ou la minorité arrive à se glisser. Donc un espoir. Dans le rapport des forces, le plus faible n'est jamais entièrement démuni. Il a toujours moyen de retourner la situation à son avantage s'il trouve le point d'application juste où faire travailler le levier. La notion de " jeu " et de " stratégie " est étroitement liée à la conduite sociale. Elle a pour limite, bien sûr, celle des pouvoirs adverses mais aussi celle de notre propre imagination qu'il faut exercer, qu'il faut développer, qu'il faut aiguiser. L'artiste devient à son tour un " opérateur social ". Il devient un acteur social. La démultiplication du pouvoir, son incitation et son détournement sous une forme ludique, appartiennent au champ de l'art. L'artiste responsable connaît ce pouvoir, son pouvoir, et le confronte au monde qui l'entoure.

 

3- Esthétique de la communication, nouvelles sensibilités et notion de relation.

Les techniques électriques, électroniques, informatiques nous ont introduits désormais dans la société de communication. Ces techniques sont au cœur des changements intervenus dans la vie sociale depuis un siècle, modifiant notre environnement physique, mais aussi nos représentations mentales. Electricité, électronique et informatique fournissent aujourd'hui aux artistes de nouveaux instruments de création. Mais ce qui est sans doute le plus important, c'est la transformation de notre environnement chaque jour un peu plus dans ce sens et notre rapport d'ajustement sans cesse en évolution avec une réalité mouvante. Ce qui exige une remise à jour permanente de nos perceptions pour appréhender le monde dans lequel nous vivons. Dans ce registre, l'artiste a quelque chose à dire, quelque chose à faire. L'apparition successive au cours des âges, des techniques de transformation des matériaux, puis des techniques de maîtrise de l'énergie et maintenant des techniques de l'information a engagé l'être humain dans de successives et multiples formes d'expressions. La sensibilité contemporaine se trouve modelée à travers de multiples canaux par de multiples médias. Une certaine notion d' " art en soi ", qui prévalait précédemment, est remise en question. L'artiste d'aujourd'hui et plus précisément l'artiste de la communication, réintroduit dans sa fonction anthropologique originelle l'esthétique comme système de signes, de symboles et d'actions. Une nouvelle esthétique est en train de naître : l'Esthétique de la Communication.

Le mot artiste, lui-même, nécessite des ajustements dans une société en mutation. Les rôles, les moyens, la sensibilité qu'il désignent évoluent. Ce mot doit être débarrassé de connotations idéologiques qui le lient encore dans notre esprit à une vision romantique et anachronique de l'art. S'il y a eu oujours un décalage au niveau politique et éducatif entre la " culture acquise " et la " culture qui se crée ", celui-ci ne fut peut-être jamais aussi marqué que dans l'époque que nous vivons à l'ère de l'ordinateur et de la télévision. Saisi de vertige et d'angoisse devant un monde dont il ne maîtrise pas le changement, l'homme a tendance à se réfugier dans le passé. L'artiste refuse ce repliement. Il assume le présent, s'efforce d'en explorer les possibles. L'artiste est aussi un homme et un témoin engagé dans l'aventure d'une époque. Il ne peut ignorer, il ne peut échapper aux transformations radicales qui la secouent. Sa qualité d'artiste le place devant la nécessité impérative d'en saisir le " sens " et d'en formuler les " langages ". Son propos n'est pas, bien sûr, de défier l'homme de sciences et des techniques sur ses propres terrains.

Cela serait naïf et stupide. Son propos, d'une façon plus modeste, consiste plutôt à utiliser, voire à détourner, les nouveaux instruments de connaissance et d'action pour tenter d'élargir les horizons de notre perception, de notre sensibilité, de notre conscience afin de renouveler nos codes, notre façon de voir, de sentir, de comprendre. Par là même, de participer aux remises à jour indispensables qui permettent à l'individu de situer sa place, ici et maintenant, dans le monde. Certes, l'entreprise n'est pas de toute facilité. " Si pour l'artiste, sa tentative est de communiquer à propos des éléments inconscients de sa performance, il se trouvera alors sur une sorte d'escalier roulant dont il essaierait de communiquer la position, mais dont la vitesse de mouvement sera elle-même une fonction de ses efforts pour la communiquer. Apparemment, sa tâche est impossible, mais comme on le sait, certains y parviennent fort bien " (6).

La notion de relation joue un rôle de plus en plus important dans les courants de la pensée contemporaine. La sociologie contemporaine dans son ensemble fait une large place à la notion de relation lorsqu'elle analyse la société comme une totalité, comme un système complexe de relations et d'interactions et non plus comme un corps isolé et inerte. L'idée de relation n'est cependant pas seulement présente à l'intérieur de chaque science, elle est également au centre d'une interrogation portant sur l'ensemble des sciences, et, au delà des sciences, elle interroge la vie elle-même. L'individu est pris dans un réseau serré et complexe d'interdépendances formant la boucle d'un continuum où rien n'est étranger à rien ! Cette idée a pris, à l'heure actuelle, une place importante dans diverses sciences et elle imprègne notre sensibilité. L'art ne saurait rester tenu en dehors du concept de systémique. L'idée de relation et de communication marque notre époque. Des champs de recherche tels que la cybernétique, la théorie de l'information, la théorie des jeux, la théorie de la décision, sont naturellement liés aux préoccupations des artistes particulièrement attentifs et réceptifs aux " ondes " de leur époque.

Si les concepts de " totalité, de somme, de mécanisation, de centralisation, d'ordre hiérarchique, d'état stationnaire stable, d'équifinalité " (7) ... se retrouvent dans différents domaines de la science naturelle et aussi bien en psychologie qu'en sociologie, pourquoi ne se retrouveraient-ils pas sous une forme ou sous une autre, transposables dans le domaine des arts. Replacer l'art, aujourd'hui, dans les systèmes situés aux divers niveaux d'organisation de la réalité, en faisant sauter les cloisonnements disciplinaires, me paraît une tâche nécessaire et à la fois inévitable. L'artiste, dans notre société, habite une multiplicité d'espaces et de temps spécifiques. Sa vie et son activité sont faites d'un réseau complexe où tout circule en tous sens sur des schémas de connexions diversifiées.

Aujourd'hui, ce sont ces connexions qu'il devra exprimer. Aussi, la vitesse, la nature, le rythme, les flux, les données qui le traversent, qui nous traversent, avant que de se préoccuper de " contenus ". Pas toujours reconnu comme une valeur première dans noter société utilitaire, l'art a aussi ses droits et ses exigences, au même titre que les sciences, les technologies, la politique. S'il me paraît nécessaire de développer quelques considérations sur les rapports qui lient l'art à son entrée dans une société informatisée, mon propos ne sera pas de traiter de problèmes particuliers comme ceux, par exemple, de l'image numérique avec ses incidences sur la création, la fabrication, la production et l'économie qui en relève, mais de rester à un plan plus général ; plus philosophique en quelque sorte. Il me paraît nécessaire d'insister sur des effets relationnels dont ont n'a pas encore toujours conscience et dont le monde des arts va se trouver directement atteint.

Après avoir vécu dans des sociétés de production, nous voilà maintenant introduits dans la société de communication. Certes, si l'électricité et l'informatique aujourd'hui fournissent déjà aux artistes de nouveaux instruments de création, il faut remarquer de la part du corps social une grande résistance à tout changement. Résistance sensible dans les circuits spécialisés de l'art et ses institutions où sévissent des mentalités qui datent souvent d'un autre siècle.

Quelques artistes, en dehors du marché, n'en poursuivent pas moins avec obstination une recherche fondamentale malgré des modes artistiques rétro qui prônent un retour inconditionnel à la peinture. En privilégiant le pigment pictural, le marché de l'art actuel répond uniquement à des impératifs économiques à court terme. Il faut bien des objets tangibles pour alimenter le commerce de l'art. Les circuits marchands de l'art n'ont pas trouvé encore d'astuces pour intégrer d'autres types d'information que tangibles et matérialisées à leur marchandise capitalisable. Si l'information boursière téléphonée est déjà devenue pour les agents de change un " objet " économique en soi, au même titre d'ailleurs que certaines communications érotiques tarifées pour quinze minutes (8), le poète, et a fortiori le peintre, auront beaucoup de mal à monnayer leur production sous cette forme... Cela tient au fait que l'art, contrairement aux sciences appliquées et aux pratiques économiques, n'a pas de point d'application réel dans la vie sociale et quotidienne. Il accuse donc du retard! Il est considéré, hélas, la plupart du temps, comme pur " ornement ". La " pression " de notre environnement n'est pourtant pas sans incidences sur le type même et la nature de la production artistique. Malgré la lenteur d'adaptation des circuits de diffusion et de consommation de l'art, une évolution notable s'est manifestée. Différentes étapes ont été franchies, nous faisant passer successivement de l'esthétique de l'image à l'esthétique de l'objet, puis à l'esthétique du geste et de l'événement (happening). Cette trajectoire témoigne d'une lente " dématérialisation et désintégration " de l'objet d'art (9).

Dans la pratique de l'Art Sociologique dont j'ai proposé les actions dès 1967 et les premiers principes en 1969 (10), le concept de communication constituait déjà le noyau central. J'ai toujours considéré le terrain de l'activité sociale comme le champ qui pourrait être élargi et exploré à l'aide de nouvelles technologies de communication. Cette option déroute les tenants d'une conception esthétique figée qui ne sont pas en mesure de saisir l'articulation, pourtant évidente, entre ce type de pratique, le concept d'art, et le rapport avec une société en mutation. Nous sommes conduits à poser la question de savoir où se situent les frontières de l'art. Bien malin qui le dira. Il n'y a pas de frontière. L'art est une attitude, une façon de se positionner vis-à-vis des choses plus qu'une chose elle-même! Il y a une esthétique du comportement, une esthétique du gestion comme il y a une esthétique de l'objet Il faudra maintenant compter avec une nouvelle catégorie: l'Esthétique de la Communication. Les supports de cette esthétique sont souvent immatériels, sa substance relève de matériaux impalpables qui appartiennent aux technologies de l'information. Information dont les signaux électriques tracent au dessus de nos têtes, dans le ciel, des configurations invisibles, fulgurantes et magiques.

 

4- Esthétique de la communication et état de l'art dans notre société

Le rôle de l'artiste, c'est de donner à sentir ce que les autres, dans le même moment, ne perçoivent pas encore. L'artiste de la communication va tenter de traduire la nouvelle réalité du monde dans un langage transposé dont il établira les codes. Dans un nouveau domaine d'expression qui échappe aux moyens plastiques traditionnels, il va se trouver confronté au réel problème des moyens d'intervention pour constituer un langage. Son langage. Il devra résoudre la difficulté de lisibilité des signes qu'il utilise dont l'alphabet n'est pas reconnu, ni le répertoire définitivement fixé. L'histoire de l'Art nous apprend que toutes tentative d'introduction de nouveaux signes s'accompagne toujours d'une forte odeur de scandale. Dada et les premières manifestations néo-Dada des années 60 ont dû jouer sur la transgression des interdits et sur l'introduction de nouveaux moyens d'action pour l'exploration de champs nouveaux. L'étendue des domaines embrassés et le caractère tout à fait étranger au domaine des signes plastiques sur lequel s'exercent désormais certaines pratiques conduisent les artistes à devoir inventer entièrement des langages pour un type d'expression autre. Ce sont de nouvelles formes d'art qui doivent s'inventer aujourd'hui pour être en adéquation avec la sensibilité contemporaine.

En s'en tenant presque exclusivement à la manipulation du pigment pictural, le plus grand nombre des artistes actuels font preuve d'une étonnante passivité devant la variété des supports nouveaux et les situations que leur procure la vie contemporaine. Ils semblent se contenter des voies déjà toutes tracées que leur offre une tradition sans surprise et les conventions du milieu. Peut-on imaginer cette même passivité chez Picasso qui aurait connu dès sa jeunesse les satellites, la vidéo et la télématique ? Ce maintien étroit sur des domaines parfaitement délimités, et largement explorés par ailleurs, constitue une attitude surprenante. Une attitude qui s'accorde mal avec l'idée de recherche, l'idée d'expérimentation, l'idée d'aventure et de découverte qui se manifeste dans d'autres secteurs de l'activité humaine. Des secteurs qui font preuve d'esprit de renouvellement, où les rythmes de changement au contraire ne cessent de s'accélérer. Un tel phénomène mérite toute notre attention. Il constitue à mes yeux une situation sociologique très particulière qui exige élucidation. Je ne me souviens pas que cette situation ait suscité et nourri les commentaires et les réflexions de quelque commentateur de bon sens. Tout le monde semble chloroformé dans ce milieu. Je voudrais bien comprendre le pourquoi d'un tel décalage avec l'esprit du temps. Cette trompeuse stabilité, cet étonnant conformisme des créateurs, cet immobilisme des arts plastiques me donnent le vertige. La situation dénote d'une grande emprise du pouvoir marchand sur les contenus eux-mêmes de la création par une manipulation subtile du marché. L'extrême confidentialité du circuit qui fonctionne en vase clos rend possible ce conditionnement car les centres de décision se répartissent entre un nombre très restreint d'individus. La peinture en est réduite aux épigones de l'expressionnisme. Les derniers produits de la " Transavanguardia " ou de la " Badpainting " que l'on s'est efforcé de nous présenter comme des " révolutions " picturales de première importance dans le domaine de l'art nous paraissent bien dérisoires en regard des innovations et des bouleversements qui marquent notre époque dans d'autres domaines. L'esprit de création souffle aujourd'hui ailleurs; et c'est dans cet ailleurs que se repère le monde qui nous est sensible, que se forge l'esthétique qui sera l'esthétique de notre temps. De la physique moderne aux techniques de l'exploration spatiale, en passant par la biologie, la génétique, l'intelligence artificielle, l'informatique, le développement des communications et la pensée écologique, c'est là, sans aucun doute, que réside la sensibilité moderne bien plus que dans les productions conditionnées de l'art.

Nous posons encore la question : Pourquoi se passe-t-il si peu de choses dans la sphère de l'art contemporain et le micro-milieu des arts plastiques alors que tout bouge autour de nous ? Que tout bouge autour de nous et que se prépare, comme mille signes l'annoncent, une nouvelle science, une nouvelle société, une nouvelle culture ?

La création produite et reconnue à l'heure actuelle n'est manifestement pas le reflet de notre sensibilité moderne. Ce qui se fait de véritablement novateur n'est pas encore pris en compte par les circuits institués de l'art. Cela tient aussi au fait que pour des raisons économiques et parce qu'il n'a pas accès à des technologies sophistiquées et onéreuses, l'artiste est tenu en marge des instruments de la création actuelle. Il en est toujours réduit, de quelque manière, à une pratique artisanale! Il est totalement tributaire d'un milieu et de circuits dont la préoccupation majeure, pour ne pas dire unique, reste le profit à court terme. D'entrée de jeu, il se voit dans l'obligation impérative de positionner sa sensibilité et son expression dans un registre déterminé par les conditions idéologiques et économiques imposées par ses commanditaires qui sont aussi ses " inventeurs ". Contrairement aux chercheurs des disciplines scientifiques, il ne bénéficie pas d'un statut qui lui donne les moyens de sa création. Si notre société tolère les artistes à la rigueur, elle ne reconnaît pas encore leur fonction comme une fonction nécessaire à la collectivité, à son équilibre, à son épanouissement, à son devenir. Le problème est bien un problème de valeurs.

Je ne conteste nullement que certaines formes de sensible puissent transiter aujourd'hui par les circuits institués de l'art. Mes réserves portent sur l'adéquation entre ces productions et la sensibilité spécifique de notre époque. Nous constatons que de tels produits fabriqués par l'artiste, promotionnés par les musées, commercialisés par les galeries, réussissent sous forme de tableaux ou d'objets à convertir la sensibilité en marchandise. Pour entrer dans le circuit, ces oeuvres doivent nécessairement répondre à certaines conditions: elles doivent pouvoir se regarder, se toucher, s'accrocher sur un mur ou se poser sur un socle, s'échanger ou se vendre à tout moment. Dans le circuit de l'art d'aujourd'hui, est reconnu comme art, et par extension dans notre société, uniquement des objets qui répondent à ces critères. La " Performance " ou la " Vidéo " jouissent d'un statut plus flou et aussi plus précaire. Bien souvent, elles ne sont reconnues finalement que comme faire-valoir à des produits de première catégorie. Il y a antinomie irréductible entre les exigences économiques et l'expression d'une sensibilité qui ne peut se virtualiser par des objets. Les tableaux, les sculptures, les objets divers d'art, présentent certaines propriétés qui en facilitent le commerce. Par contre, la nature même de leurs supports est impropre à traduire le monde sensible d'aujourd'hui. Cela tient au fait incontournable que leur structure matérielle constitue une frontière infranchissable qui limite irréductiblement la capacité d'expression, notamment pour restituer des formes de sensible relevant de l'Esthétique de la Communication. Le support d'expression détermine inévitablement le contenu de l'expression. En conséquence de quoi nous affirmons que le médium peinture-tableau est impropre à traduire cette sensibilité spécifiquement contemporaine. Nous avons vu précédemment comment l'artiste plasticien se trouve enfermé dans des contradictions inconciliables entre le fonctionnement du marché et sa vocation naturelle à faire reconnaître le sensible d'aujourd'hui. Le fonctionnement du marché ne soulève pas seulement une question d'ordre économique. Ce qui est plus grave, c'est qu'il fonde et régit également le système de reconnaissance et de valeurs de notre société.

Force est de constater, en fonction des raisons qui viennent d'être évoquées ici, que la création produite et reconnue à l'heure actuelle n'est pas, dans son ensemble, le reflet d'une " sensibilité moderne ". Cette sensibilité pourtant est partout présente autour de nous, elle imprègne notre quotidien, elle guide nos actes. La situation qui domine dans les arts plastiques témoigne plutôt à travers les produits qu'elle génère, puis qu'elle légitime, d'unesensibilité de savoir appartenant à une culture du passé qui s'éteint doucement. De ce point de vue, le domaine des arts est en retard sur d'autres secteurs de le pensée et de l'activité humaine où l'on oeuvre déjà sur des concepts, des bases, des données qui sont partie intégrantes d'un nouveau présent. Dans un contexte où la peinture n'était devenue qu'un jeu tautologique stérile de références, il n'est pas étonnant que l'on ait crié au génie devant les premiers venus qui avaient le culot de cultiver la maladresse et d'exalter une spontanéité de circonstance. Mais là encore, rien ne restitue la sensibilité spécifique de noter époque d'une façon pertinente. Nous demeurons en vase clos. Je m'étonne que cette situation paradoxale dans laquelle se trouve la création plastique actuelle n'ait pas fait l'objet de la réflexion avisée de ceux dont c'est pourtant profession de réfléchir sur l'art. Au contraire, cette situation s'avère complaisamment entretenue par une cohorte de critiques et d'universitaires. Je ne crois pas qu'il soit un autre domaine des arts, littérature, théâtre, architecture, cinéma, qui soit si caricaturalement coupé de la réalité de notre temps.

L'absurde règne en maître. Pas un enfant n'est là pour proclamer que "le roi est nu ". La multi-nationale culturelle tourne apparemment satisfaite de son ronronnement, et des ses profits, les artistes font le forcing pour produire une marchandise et un matériel inadaptés aux exigences de notre sensibilité moderne dont la promotion est assurée à grands frais par les musées. Des musées qui multiplient les expositions pour la plus grande satisfaction des dix,mille personnes dans le monde qui se sentent concernées. Dix mille personnes, ça ne fait jamais, (même si elles sont de qualité...), la " sensibilité d'une époque ". Rien n'est jamais définitivement joué : trois galeristes et un critique décident, comme d'habitude, de quoi sera fait l'art de demain. L'investissement est décidé par un échange de télex qui transitent par Bâle, New-York et Milan... Ca y est, le monde de l'art s'y met, il rentre enfin dans l'Esthétique de la Communication!

 

5- Esthétique de la communication, participation, interactivité et systèmes artistiques de communication.

Dans les systèmes rétroactifs et d'échanges mis en oeuvre par les artistes de la communication, il faut signaler la notion de participation du public qui prendra à mon avis dans le futur une importance grandissante. Cela pas du tout, comme on l'avait d'abord imaginé dans les années 70 sous forme d'une relation collective et nécessairement physique. Types d'actions nourries de bonnes intentions qui basculaient vite dans des contextes d'animation sociale dont certains artistes ne sont jamais revenus... Je pense à des formes de participations plus élaborées. Des formes de participations s'effectuant à travers des structures multi-média d'échanges d'informations mises en place par l'artiste présent comme concepteur du dispositif et éventuellement comme acteur-animateur du réseau constitué. La notion de feed-back et de rétroactivité avancée par la cybernétique a déjà trouvé des applications en quittant le domaine des sciences pour rejoindre nos pratiques les plus courantes de la vie quotidienne. Ce sont de telles pratiques qui finalement alimentent notre sensibilité d'aujourd'hui et contribuent à la former. Cette sensibilité moderne tellement absente, à notre sens, de la scène opérationnelle des arts plastiques.

" La mise en forme traditionnelle est abolie. Une tendance se manifeste vers une culture plus globale, où la distinction entre les catégories de la science et la catégorie artistique de la créativité perd son sens. Une nouvelle définition de ces relations triangulaires suscitent nécessairement une nouvelle pensée esthétique... C'est un nouvel art qui est en train de naître, fondé sur les aspirations et les besoins créatifs de l'homme et qui, par conséquent,,englobe son environnement : c'est un art qui permet de dépasser le stade de l'art conceptuel comme celui de propagande... Malgré la diversité de ses origines et de ses modes d'apparition, l'art d'environnement présente une unité d'orientation. Il tend implicitement à une dimension plus large, qui serait celle d'un " espace sociologique " authentique, une aire privilégiée d'investigation " (11).

Cet espace sociologique évoqué par Frank Poper est un espace que les protagonistes de l'Art Sociologique se sont employés à explorer et à ratisser dès les années 1967 (12) et d'une façon continue à partir de 1974 sous l'impulsion des membres du Collectif Art Sociologique. Cette notion d'espace était liée il y a encore quelques années à l'idée d'une représentation physique circonscrite géographiquement. La multiplication des médias de toutes sortes et leur usage généralisé nous induisent aujourd'hui à un concept plus " abstrait " de cet espace. C'est l'espace de " rencontre " sur le support de communication. C'est l'espace de la communication sociale créé par tous ces supports technologiques superposés à notre espace physique. Idée d'un immense réseau au maillage serré constitué par un filet invisible où transitent nos messages, s'échangent nos émotions. Filet où se nouent de nouveaux types de relations entre les êtres humains, nous offrant une " réalité " supplémentaire. Espace de médiatisation qui de plus en plus s'impose comme un terrain nouveau et privilégié de nos relations. Surface de dialogue arraché au néant par les technologies de communication comme les polders l'étaient sur la mer. Champ privilégié de l'interactivité. C'est la notion même d'environnement qui tend maintenant à se " dématérialiser " et à apparaître comme un terrain de " tangibilisation " de nos relations par l'information. Cette forme plus abstraite de notre environnement n'en reste pas moins très réelle dans nos représentations comme dans notre vécu. Le seul nom d'environnement avait tendance à nous renvoyer exclusivement à une perception physique de ce qui nous entoure. Notamment à l'architecture. Aujourd'hui, cette notion évolue et la notion d'espace est associée de plus en plus dans nos représentations à l'idée d'environnement informationnel.

6- Les architectes de l'information

Les artistes ont de quoi défricher dans cet espace encore vierge pour eux. Il leur reste à contribuer par leur pratique, leur réflexion et leur imagination à la mise en place des premières bases d'un art fondé sur la communication. Un art de la communication irrigant les réseaux du flux des données de l'imaginaire. L'artiste de la communication utilise le téléphone, la vidéo, le télex, l'ordinateur, le photocopieur, la radio, la télévision... Il ne se contente pas de les utiliser un à un, séparément; il les organise en systèmes et en dispositifs. C'est là, désormais, que se trouve mise en jeu sa capacité de créer et d'inventer. Il compose des configurations données, des réseaux plus ou moins complexes dans lesquels il positionne des moyens d'émission, des moyens de réception multi-média qu'il organise en systèmes interactifs. Il anime ces systèmes. L'artiste de la communication devient une sorte d'architecte en informations. Il envisage des processus dans une relation interactive de participation avec des partenaires interchangeables. Des " figures " ou des " architectures d'informations " se font et se défont qui peuvent, aussi, à un moment donné, faire l'objet d'une " photographie " qui les fige et les arrête. Les points d'appui de son réseau ne sont pas des points fixes uniquement techniques ou formels ; il sont ancrés et directement branchés sur le tissu social. Les techniques d'information facilitent les interférences entre des secteurs cloisonnés. L'artiste peut espérer pour la première fois se manifester maintenant dans d'autres champs que ceux qui lui étaient autrefois impartis limitativement. Il est très probable que cette idée force de " mise en relation " qui marque la pensée et les pratiques de notre époque gagne aussi la préoccupation des artistes et apparaisse dans leur création d'une façon de plus en plus significative dans les années à venir.

La surmultiplication des médias visuels et leur inflation expansive productrice d'images contribuent paradoxalement, sinon à la disparition de l'image et de son esthétique, du moins à sa dévaluation. C'est ainsi que peut s'expliquer un déplacement vers de nouveaux comportements perceptuels latents dans la société que l'artiste de la communication va s'efforcer d'intégrer au champ de l'art et d'organiser dans le cadre nouveau de l'Esthétique de la Communication qu'il propose.

" Et quand l'image eut envahi le monde jusqu'à le sursaturer, ceux qui avaient la fonction de produire des images les plus signifiantes et les plus riches n'ont d'autres alternatives que de disparaître ou de déplacer le champ de leur pratique. C'est ce qui explique que les créateurs d'aujourd'hui aient moins besoin de produire de nouvelles images que de savoir qu'en faire, en interrogeant leur pouvoir de communication et de relation. A ce stade du développement culturel, l'oeuvre d'art ne peut que changer de fonction. Désormais, elle doit moins véhiculer une conception ou une idéologie qui lui sont extérieures qu'imposer une interrogation sur son statut, de ses composantes et de son pouvoir relationnel. Quant les médias ont sorti l'image de l'exemplarité des modèles des muses, les artistes ne peuvent plus que faire son procès, la relativiser... La question du relationnel dans l'art va donc se poser autrement... " (13).

La conception de l'oeuvre conçue comme structure ouverte d'Umberto Eco (14), introduisait, déjà, les notions de système, d'aléatoire, d'implication du spectateur dans le processus de communication proposé par l'artiste. Dans le nouveau rôle que s'attribue l'artiste de la communication, il ne se présente plus comme un " fabricateur " d'un objet matériel, mais fonde sa démarche sur la relation particulière, spécifique et originale, qu'il établit entre lui-même, le (les) spectateur (s) et l'environnement. Il faut insister, ici, par souci de clarification sur le fait que cette démarche ne saurait être assimilée à des types ce création relevant de l'art conceptuel. Certes, l'artiste de la communication s'appuie, aussi, sur une idée singulière, mais celle-ci n'est pas offerte en tant que telle pour sa " beauté " pour ainsi dire abstraite dans une mise en scène formelle qui s'adresserait uniquement au destinataire bien ciblé du musée ou de la galerie. Les oeuvres qui relèvent de la sphère de communication et qui se réclament de son esthétique, donnent lieu à la mise en place opératoire et concrète d'un système fonctionnel matérialisé, même si, réparti dans un espace extensible, l'ensemble du système n'est pas préhensible dans sa totalité à première vue.

L'observateur pourra toujours constater la présence de certains éléments (physiques), signes (visuels et auditifs) qui l'introduiront par projection mentale à reconstituer la vision globale. Représentation de la position et disposition les uns par rapport aux autres de ses différents éléments dans un espace qui a lui-même ses différents niveaux de réalité (espace géographique, spatial, social, communicationnel). Représentation du flux des informations et de leur configuration dans les mouvements qui l'animent. En proposant des systèmes de communication comme " oeuvres " à saisir dans leurs fonctions et leurs mouvements, l'artiste de la communication prétend tout simplement modifier nos habitudes de perception; prétend incider sur nos comportements perceptifs et l'interprétation même de l'art. " Les psychologues transactionnels ont démontré que la perception n'est pas passive, mais apprise et en fait hautement structurée. Elle constitue une véritable transaction à laquelle le monde et celui qui le perçoit participent tous deux. Une peinture ou une gravure doit donc être conforme à la Weltanschauung de la culture à laquelle elle fait adresse et aux structures perceptuelles de l'artiste au moment de la création de l'oeuvre. Les artistes savent bien que la perception est une transaction; et en fait ils considèrent cela comme ésvident. L'artiste est à la fois un observateur et uncommunicateur. Sa réussite dépend en partie de sa capacité à analyser et organiser les données perceptuelles en des formes significatives pour son public " (15).

Désormais, concepteur de système d'échange d'information qu'il réalise et anime dans l'espace social de communication, l'artiste change de statut. Hier, d'une façon artisanale mais quelques fois aussi industrielle, il " fabriquait " des objets; aujourd'hui, l'art se dématérialise définitivement: il " produit du service ". Cette évolution s'accorde parfaitement à la courbe d'une évolution de la société qui l'a conduit en quelques décades d'une société de production à une société d'échanges. L'art pratiqué par l'artiste de la communication est un art d'organisation, un art qui désormais est plus attentif aux fonctions qu'aux objets.

Nous signalons les apparitions successives dans l'histoire de l'humanité des techniques de transformation des matériaux, des techniques de l'énergie, aujourd'hui des techniques de l'information. Ces différentes étapes sans conteste possible ont conditionné la nature de certaines formes d'art à un moment donné et continueront de les conditionner. La plus récente, la technique de l'information, ne produit plus d'objets mais des informations. Desinformations organisées en messages et des situations " communicationnelles ". L'art devient émission, réception, agencement, détournement d'informations et de messages. De ce fait, il jette les bases de la nouvelle Esthétique de la Communication, et constituer une réflexion su la nature, la circulation et la mise en représentation des messages dans la communications sociale de notre temps. L'évolution des sociétés avancées, avec leurs technologies avancées, a fait apparaître un mouvement de conversion continu vers le secteur tertiaire opposé aux tâches de transformation de la matière. Pour quelles raisons l'art échapperait-il à cette évolution qui affecte tous les autres secteurs de la société ? Par quel miracle ou quelle aberration mystérieuse échapperait-il aux sollicitations sociologiques, aux impératifs technologiques imposés par le contexte ? Les sociologues ont constaté que dans nos sociétés, plus de la moitié des actes des individus est consacrée à la communication et non plus à la transformation ou au transport de la matière... Dès l'instant où la population d'un pays donne une heure sur deux de son temps à la communication, il doit bien avoir dans la population de son pays une sensibilité correspondant à cette activité qui naît quelque part... C'est dans cette situation que se développe ce nouveau concept d'eshétique de la Communication qui a toutes les chances de s'imposer demain à la conscience de nos contemporains après avoir marqué leur sensibilité.

 

7- Esthétique de la communication et phénoménologie de l'imaginaire contemporain

En centrant sa réflexion sur la communication et les systèmes d'échange, la recherche que j'esquisse ici comme prolongement de l'Art Sociologique suggère les bases d'une théorie qui reste à fonder. Explorer et activer l'univers des médias de communication signifie en même temps construire la phénoménologie de l'imaginaire contemporain. C'était le propos même de l'action " La Bourse de l'imaginaire - La Bourse du fait divers " réalisée au Centre Georges Pompidou en 1982 et de cette action Düsseldorf Presse -Agentur (imaginär inc!) " que je prépare actuellement. Il faut admettre, une fois pour toutes, que l'histoire et la genèse des configurations de l'imaginaire sont inscrites d'une façon indélébile dans les " technologies " dont notre perception est strictement dépendante. Aujourd'hui, donc, inscrites dans les " technologies " de communication. Comme nous l'avons déjà souligné le support n'est jamais neutre. " Les lions de Trafalgar Square auraient été des aigles ou des bouledogues, ils n'en auraient pas moins transmis le même message (ou message analogue) relatif à l'Empire et aux prémisses culturelles de l'Angleterre du XIXe siècle. Cependant comme le message aurait été différent si les lions avaient été en bois ! " (16).

 

8- Circulation des messages

Le message de l'artiste n'est pas seulement subordonné au médium qui le véhicule; il est également dépendant du système d'échanges ou médium social dans lequel il circule. C'est pourquoi nos actions s'efforcent de faire circuler ces " messages ", non seulement dans le " système d'art " mais les introduisent dans tous les canaux de communication praticables, dans tous les systèmes de communication sociale possibles... Cherchant les points d'intersection où les systèmes se recoupent pour créer des " effets de sens " par télescopage. " Entre en face d'une " oeuvre d'art " dans l'organisation du sens produit par les marchands, le musée, le collectionneur, c'est donc essentiellement et surtout, être en face du système d'échange et de sens qui la soutient. Par système de sens, il faut entendre aussi tous les systèmes réflexifs dans lesquels l'existence de chaque élément se trouve justifiée et légitimée uniquement par l'existence des autres éléments du système sans que, d'aucune manière, soit justifiée et légitimée la signification du système dans son ensemble, ni dans ses éléments particuliers. C'est bien pour cela, qu'une fois admise la fonction constituante et dissolvante effectuée par le média et par le système d'art dans son rapport au message artistique, l'artiste détache alors complètement son intérêt des messages, pour le reporter justement sur les techniques et les mécanismes sociaux qui le génèrent. Ce qui veut dire qu'au lieu de s'attarder encore sur les informations et les significations comme a fait, ou a cru faire, la recherche artistique jusqu'à ce jour, l'artiste se trouve maintenant en position de devoir thématiser, investir et représenter une communication sans information et des systèmes de sens sans signification. Le problème abordé ici ne concerne pas seulement la production artistique, mais l'univers entier de la communication ainsi que la totalité des systèmes d'échange. Tout, en effet, peut être sujet à une investigation et à un traitement de caractère esthétique: le lieu de la pertinence d'une recherche esthétique s'élargit considérablement, désormais, et se propage aux médias technologiques comme aux médias sociaux. Le Collectif d'art Sociologique ainsi que certains représentants de l'Art Conceptuel, voire de la Post-Avan-Garde, ont déjà travaillé, d'une certaine manière, sur des données relatives à la communication et aux systèmes " (17).

Après les rôles d'activation et de conscientisation qui ont toujours été des axes fondamentaux de l'art Sociologique, il me semble, sans abandonner la pratique sociale, que l'art devrait maintenant s'attaquer plus résolument aux problèmes de " communication " et s'attacher à mettre en évidence les aspects formels et fonctionnels qui lui sont inhérents.

En dehors de ma participation ponctuelle au sein du Collectif d'Art Sociologique entre 1974 et 1979, une grande partie de mon activité personnelle a été consacrée depuis toujours à cette recherche.

 

9- Pratique artistique de la communication, esthétique de la communication et production de sens

Par mes actions et interventions artistiques, par les dispositifs, signes et systèmes de signes que je mets en place, j'ai tenté (et je tente encore) de produire du sens. Cette production de sens, c'est je crois à la fois la raison d'être et la justification de toute activité artistique. Cette production s'est manifestée (et se manifeste encore) par la confection d'un certain nombre de " messages ". La nature, la substance et la consistance de ces messages est très complexe, du fait de leur hétérogénéité. Quelquefois, le message est constitué par l'action globale, quelquefois par certains de ses développements particuliers, quelquefois encore par des facteurs extérieurs à mon propos qui s'y trouvent automatiquement intégrés. Une chose est sûre: il s'agit, dans chaque cas, pour moi, d'élaborer un métalangage (quels qu'en soient le médium et la forme utilisée) qui se plaque sur le discours dominant de la communication, pour mettre en oeuvre une pratique de brouillage, de détournement des codes dominants de la communication, ou de perturbation de champs spécialisés de cette communication. Cette pratique passe nécessairement par l'appropriation des moyens de transmission des messages, d'un travail sur le média, média par média, et sur le système de sens d'ensemble. En fait, mon but vise à créer, chez le destinataire plausible des états d'incertitude. Par exemple, en m'employant à faire passer dans les mass-médias des messages structurés de telle sortequ'ils se contredisent (ou contredisent les messages avoisinants par contiguïté dans l'espace ou dans le temps) pour engendrer une rupture, un paradoxe, un questionnement. Chacune de ces situations de communication provoquée incitant les destinataires touchés à rechercher un ordre, une structure qui aient un sens pour lui. Stimulant son imaginaire, appelant sa participation, voire sa complicité par la transgression délibérée du code que je lui propose.

Le travail artistique que j'ai engagé est bien un travail sur la communication elle-même. Je peux même ajouter que c'est sa capacité de métacommunication, c'est-à-dire de communiquer à propos de la communication qui en constitue le caractère fondamental et spécifique. Le stimulus esthétique de toute oeuvre ne peut être isolé d'un contexte qui fait intervenir des données culturelles, des règles admises, des conditions environnementales diverses... Son " signifié " : multiforme est dépendant directement de ces facteurs. Il est dépendant, aussi, des dispositions individuelles de chaque récepteur. Le processus de compréhension étant transactionnel, il en résulte que la naissance du plaisir esthétique est directement lié au degré d'ouverture de chacun d'entre nous. Si cette règle d'ordre général vaut pour toutes les oeuvres d'art, il se trouve qu'elle devient explicite dans la pratique de communication mise en oeuvre par certaines formes d'art actuel et notamment dans celles que j'essaye moi-même d'expérimenter. La primauté de la structure médiatique sur les contenus dans la communication contemporaine est un fait qui a été mis en évidence dans toutes ses implications par Marshall Mc Luhan. Sur ce point, on a pu lui reprocher un jugement catégorique qui mériterait, sans doute, d'être nuancé.

Cependant, il faut bien remarquer dans les comportements des jeunes générations une pratique de la communication qui ne se fonde pas nécessairement sur la volonté d'échanger des " contenus " mais sur le besoin, plus fondamental, d'être connecté au réseau. Le contenu de la communication est paradoxalement la communication elle-même. Cette attitude répond certainement à une évolution des sensibilités. Sensibilité qui est elle-même modelée d'une façon complexe par des facteurs divers de notre environnement physique, psychologique, technologique contemporain. Dans l'art se pose également le problème des contenus. Dans la peinture analytique, c'est déjà le travail lui-même qui se donne comme l'essence signifiante de l'oeuvre. L'objectif à atteindre reste la communication et l'analyse du processus de l'acte même de peindre. Analyse méthodique des éléments constitutifs dans toutes les combinatoires. Cette préoccupation se retrouve sous des formes différentes dans les recherches du Minimal Art comme chez les protagonistes du groupe Support-Surface. On assiste dans tous les cas à une réduction des contenus au profit d'une réflexion sur la relation entre éléments, formes et matériaux. L'oeuvre ne renvoie qu'à elle-même comme la communication dans certaines de ses pratiques ne renvoie également t qu'à elle-même... Pour ma part, j'aurai tendance à estimer que le message artistique est d'autant plus spécifiquement " artistique " qu'il est vide de contenu réel.. C'est au spectateur qu'il incombe, par un mécanisme mental, de reconstituer un message à son choix à partir des éléments qui lui sont fournis. De reconstituer dans toutes les variations des possibles le puzzle, en kit, qui lui est livré par l'artiste. A lui de fabriquer sa " chose ", d'opérer un choix de lecture, d'échafauder une interprétation satisfaisante à partir des signes qui lui sont soumis.

L'artiste de la communication ne se sent plus tenu à donner une représentation visuelle ou concrète à l'aide de matériaux quelconques de la réalité puisqu'il expérimente en prise directe sur le réel. Le spectateur a son rôle à jouer désormais dans la signification de l'oeuvre d'art. L'environnement d'informations qui constitue l'univers quotidien de l'homme moderne l'amène dans une multitude de signes qui le bombardent à en sélectionner quelques uns à partir desquels il construit son propre réel. C'est dans la sphère de ce contexte informationnel familier que l'artiste de la communication placera les signes qu'il émet vers son destinataire. A charge de ce dernier de la repérer, de les identifier, de les mettre mentalement en relation et enfin de les reconnaître comme système porteur de sens. C'est seulement après toutes ces opérations que lui sera accordée l'ultime et suprême récompense: le plaisir esthétique !

Dans cette perspective, nous sommes en présence d'un nouveau type d'oeuvre conçue sous forme d'une combinatoire d'informations programmées qui atteignent successivement le destinataire virtuel. Les conditions particulières de la performance avec la présence de l'artiste médiateur peuvent faciliter l'intégration de l'homogénéisation de ces informations mais hors sa présence, l'oeuvre n'en doit pas moins rester repérable. Il suffira, uniquement, que le concept initial de réalisation tienne compte des conditions particulières de l'action afin d'y adapter les modalités adéquates. A défaut d'un contenu explicite, il revient à l'artiste, bien entendu, de prévoir et d'inventer un modèle, une architecture spatio-temporelle de signaux, qui rendront repérable et identifiable son action en tant que telle.

Le lien étroit entre réalité et communication est aujourd'hui une idée admise bien que récente. En effet, il est admis maintenant que c'est la communication elle-même, en quelque sorte, qui crée ce que nous appelons réalité. Les travaux de " l'école de Palo Alto " ont largement contribué à accréditer cette idée. Nous avions tendance à imaginer, précédemment, que la communication était uniquement la transaction par laquelle cette réalité pouvait s'exprimer, s'expliquer, s'échanger. Non la communication n'est pas un simple support de transmission. La communication n'est pas une simple opération de transmission d'informations comme on avait l'habitude de le penser. Elle est bien plus que cela : à la fois le lieu même, et l'outil où se forge la réalité. L'objectif des praticiens de l'art a toujours consisté à travers des propositions fictionnelles diversesà nous donner à percevoir la réalité d'une façon " autre ". Ce qui est une certaine façon de fabriquer une autre réalité. Si la communication elle-même est génératrice de réalité, la multiplication, la diversification des moyens de communication qui caractérisent notre société constituent des facteurs depuissants changements dans l'élaboration de notre réalité contemporaine. Cela revient à dire que celui qui agit dans la communication est en quelque sorte quelque part fabricateur de réalité. Cela revient à affirmer que celui qui accède à la technologie de la communication a une possibilité de " modéliser " la réalité. Mais qui aujourd'hui a accès à cette technologie ? Certainement pas l'artiste et encore moins le citoyen moyen. Nous sommessans illusions. Nous ne partageons pas l'optimisme excessif de Marshall Mc Luhan sur le sujet. La possibilité d'accès aux canaux de communication comme acteur reste encore entièrement déterminée par des conditions de pouvoir. Nous sommes encore bien éloignés de ce village planétaire mythique auquel nous rêvons tous faute de pouvoir le vivre... Il n'en reste pas moins que le rôle des artistes sera précisément de mobiliser toutes leurs énergies pour s'approprier, que ce soit par la force de l'imagination ou par ruse, de toues les nouveaux vecteurs de communication. Ces vecteurs d'expression et d'action où s'élaborent la formulation des langages et de idées propres à notre époque. " Si la culture alphabétique a fait de nous en quelque sortes des " résistances ", sens électrique du terme, comme lieu de rétention de l'information pour la constitution du savoir aujourd'hui nous sommes devenus des " transistors " qui au contraire accélèrent l'énergie de l'information dans son transfert "(18).

L'essentiel maintenant, c'est d'être " branché " ou autrement dit " connecté ", " commuté ". Commuté au réseau pour se sentir au coude à coude en communauté avec les autres. Avec l'Esthétique de la communication, nous sommes entrés d'une façon irréversible dans l'ère de la modulation, l'ère organisationnelle des échanges et des réseaux, l'ère de la mise en relation, l'ère de la caresse électro-magnétique. Toute création aujourd'hui relève d'une créativité au niveau des structures de communication et de leur mise en forme avant de relever de leurs contenus intrinsèques.

 

10- Esthétique de la communication, perception de l'espace, perception du temps

Les nouvelles technologies, même si cette idée heurte notre héritage humaniste, modifient progressivement nos systèmes de valeurs, nos systèmes de pensées, nos perceptions, notre sens du Temps et de l'Espace. Le propos de l'Esthétique de la Communication ne consiste à aucun moment d'une façon naïve à dresser un tableau apologétique exaltant la puissance technique. Contrairement à certains mouvements artistiques, notamment celui du " Futurisme ", l'Esthétique de la Communication signale l'attention sur ses dangers quand son usage se développe d'une façon tout à fait séparée de considérations éthiques, philosophiques ou sociales. L'Esthétique de la Communication se présente avec l'ambition de concourir à une nouvelle appréhension de la réalité et de favoriser une conception du monde qui nous porte vers des objectifs profondément spirituels. Au moment où la pensée orientale sous toutes ses formes exerce une fascination sur un nombre de plus en plus important d'individus, une élite agissante de savants révèlent que la pensée mystique fournit un cadre adéquat aux théories de la science contemporaine. L'imaginaire de l'homme et son interrogation tendue du sens de son existence sont identiques à ce qu'ils étaient depuis son origine. Ce sont toujours les mystères de la vie, de la mort, de l'amour, de l'angoisse, du plaisir, qui restent encore les grandes questions d'actualité; par contre, c'est la façon de poser ces questions qui devient différente. L'artiste contemporain se voit doté de nouveaux moyens d'investigation pour interroger l'inconscient collectif et pour lui donner formes. Les ressources de la technologie l'introduisent dans des zones inconnues qu'il lui appartient d'explorer. L'enjeu véritable de l'art contemporain se situe bien au-delà, maintenant, du statut de l'image et du statut de la forme. Il se joue autour du rapport que nous entretenons dans notre relation au monde avec ce que nous nommons communément Réalité. En arrière-plan, des comportements esthétiques qui évoluent en fonction de l'évolution des technologies, ce que proposent les artistes qui prennent en charge ces nouveaux instruments, c'est la constitution de nouveaux modèles anthropologiques.

Le Temps et l'Espace vont constituer demain " la matière première " de l'artiste. Comme il a travaillé au cours des âges, la pierre, le marbre, le bois ou le fer, il va maintenant s'efforcer d'imprimer sa marque à ces " immatériaux "... L'Espace et le Temps sont non seulement des concepts physiques qui tendent à évoluer considérablement à l'heure actuelle avec la progression des connaissances mais aussi des réalités sensibles à vivre. C'est sur ce terrain que se situe et que se légitime la pratique artistique.

Dans l'inconscient de l'individu occidental, la notion de Temps et la notion d'Espace sont indissolublement liées. Pour nous, occidentaux, il ne fait aucun doute que le Temps et l'Espace sont organiquement structurés. L'Espace avec ses trois dimensions s'impose comme une donnée immanente au monde.

Quant au temps dans son déroulement linéaire, nous l'accompagnons continuellement: le Passé derrière, le Futur devant, nous avançons dans le Présent. l'homme construit son horizon temporel sur un axe de progression dont les curseurs à la fois solidaires et mobiles délimitent ces trois zones distinctes. Cette conscience linéaire du Temps apparaissait, jusqu'alors, comme une donnée constitutive normale. Les nouveaux concepts avancés par les sciences comme l'utilisation au quotidien de nouvelles technologies risquent de remettre en question ces schémas mentaux.. Nos " certitudes " acquises et fondées sur des données socio-culturelles antérieures nécessitent d'urgentes révisions.

La nouvelle structuration du Temps produit déjà des effets sociaux spectaculaires. Les cloches du Moyen Age sonnaient les heures, le chronomètre Taylorien ramenait la cadence de production à la seconde, le microprocesseur nous offre aujourd'hui la maîtrise de processus qui se mesurent en nanosecondes... La microélectronique se définit comme une autre structuration du Temps dont le découpage dépasse désormais le seuil de la perception humaine. Cela veut dire en clair que si hier, l'on pouvait écouter battre un chronomètre et observer le mouvement pendulaire d'une horloge, il nous faut aujourd'hui effectuer un bon prodigieux dans l'imaginaire pour comprendre le fonctionnement d'une calculette.

En structurant l'Espace physique, l'automobile nous a donné la possibilité de dominer les distances. Son apparition a bouleversé profondément notre environnement naturel, notre économie, notre mode de vie. Des transformations d'une portée encore plus radicale s'annoncent avec l'avènement de l'ordinateur. En effet, l'ordinateur nous colonise et, d'une façon irréversible, restructure notre Temps et notre Espace. L'ordinateur est en passe deréaliser prochainement la synthèse entre la pensée technique et la pensée symbolique. La machine à vapeur avait avantageusement remplacé les ressources physiques de l'homme ou l'animal, l'informatique et sa révolution amplifie les ressources intellectuelles de l'homme. L'évolution actuelle des ordinateurs révèle que cette machine est finalement une machine qui va nous permettre, peut-être, de rejoindre nos plus grands mythes. De rejoindre nos plus grands mythes dans la mesure où elle va contribuer à repousser les limitations que le Temps et l'Espace ont toujours imposé à l'homme. Cette évolution des ordinateurs se traduit par sa montée en rapidité, c'est à dire en puissance avec son fonctionnement en temps réel. La possibilité de connexion des ordinateurs entre eux ainsi qu'avec d'autres machines anticipe sur la généralisation des réseaux télématiques et l'abolition de certaines contraintes de distance. La répartition des centres de décision et leur multiplication en conduisant à la " dissémination " de l'intelligence et du pouvoir laisse espérer d'autres formes de structurations socio-politiques. Nous assistons en fait, dans cette perspective, à l'émergence d'une nouvelle reconnaissance et conscience de l'individualité. Les ordinateurs dits de la " cinquième génération " qui se profilent à l'horizon des années prochaines vont nous introduire dans l'univers inconnu de l'intelligence artificielle. Ils traiteront non seulement les données, chiffres ou lettres, mais aussi des " connaissances " en développant des raisonnements par déduction.

La difficulté à maîtriser un moyen d'expression, qu'il s'agisse du matériau pictural ou de la résistance du marbre, a toujours participé à l'enrichissement de l'acte créateur. L'enrichissement essentiel proviendra, moins peut-être, des facilités offertes à l'artiste par les ressources de l'informatique que des difficultés qu'elle leur imposera pour exprimer sa sensibilité, difficulté qui l'engageront sur des voies inédites. Sommes-nous à l'orée d'une nouvelle Renaissance culturelle ? La télématique va-t-elle créer les conditions objectives d'une forme de convivialité " autre " à une échelle qui abolit les distances physiques ? L'acte de création dans tous les domaines se libère des contraintes spatiales et temporelles grâce aux transmissions à distance, à la convergence des données dans les systèmes de messagerie, aux consultations rendues possibles sans déplacement physique.. Il nous faut, aussi, prendre en considération que la puissance de calcul fantastique que nous offrent ces outils va donner aux artistes le pouvoir jamais égalé d'explorer à une rapidité inédite le champ infini des possibles que soulève le monde du rêve, l'imaginaire de la pensée humaine.

C'est cet aspect de la transformation de notre rapport au Temps et à l'Espace que privilégient les artistes qui revendiquent leur appartenance à cette communauté de sensibilité que constitue l'Esthétique de la Communication. Ils se sentent tous concernés, à travers des pratiques différentes, par des questions qui renvoient toutes aux dimensions spatio-temporelles et aux réalités chrono-topologiques. Des questions qui n'avaient jamais été aussiaiguës qu'aujourd'hui. L'accélération de nos possibilités de déplacement géographique, l'élargissement de notre capital informationnel, la réalisation de certaines expérimentations scientifiques sur le Temps font vaciller quelque peu nos belles certitudes mentales sur ce sujet et sur bien d'autres... Ces failles ouvrent aux artistes l'opportunité historique de pratiquer une rupture dans les conventions de la représentation en les engageant sur la voie des phénomènes extratemporels qui sont véritablement la problématique basique de notre époque. C'est également dans cette même orientation que se manifeste les indices d'une convergence de la " sensibilité moderne " vers les sources profondes et ancestrales de la pensée religieuse, philosophique et mystique de l'orient. Force nous est bien de constater que l'ensemble de ces mutations induites par les systèmes médiatiques réorganise à notre insu l'ensemble de nos représentations esthétiques.

 

11- Esthétique de la communication, espace intérieur, préceptes Zen

Si l'homme moderne est à la recherche de la maîtrise de son univers physique, il est de plus en plus préoccupé de la conquête de son propre espace intérieur. Une telle préoccupation à travers certains signes s'affirme de la façon la plus évidente par une retour pendulaire sur le pôle individuel. Si les principes du Zen nous invitent par sagesse à renoncer à notre tentation de vouloir expliquer le monde, ils nous invitent à nous concentrer pour pouvoir le constater. Le constater pour avoir une chance de nous fondre en lui... Pourrions-nous prétendre que c'est ce que fait, à un degré ou un autre sur le quai du métro, le voyageur qui fixe l'écran de contrôle du circuit fermé de T.V., au point d'en oublier de monter dans la rame qui aurait dû l'acheminer vers sa destination?

Constater le monde, un exercice auquel de plus en plus souvent nous convient les technologies de communication qui ont la possibilité de nous envoyer à notre présent et de nous en faire prendre conscience par sa médiatisation instantanée. Nouvelles technologies dont les modalités de fonctionnement nous permettent en quelque sorte une réappropriation du temps et une " redécouverte " de notre Présent. Agissant comme prolongement de nos sens, les nouveaux médias effacent la pensée structurée et linéaire, dissolvent le concept, et nous induisent dans d'autres types de comportements anthropologiques. A leur manière, comme la médiation, ils instaurent des conditions spécifiques et privilégiées où notre relation au temps, à l'espace, à la matière, aux objets se trouve renouvelée. Les nouveaux médias ouvrent la voie à d'autres types de connaissance, à d'autres formes de conscience... En proposant une réflexion sur le Temps et sur l'Espace qui ne s'effectue pas à partir de discours et de théories, mais par des procédures originales et singulières, les artistes de l'Esthétique de la Communication tentent de nous faire saisir des faits immanents. Des faitsimmanents dans lesquels ils nous impliquent directement, s'efforçant de mettre en évidence notre rapport existentiel au monde. Ils nous proposent une exploration et une navigation aventureuses au sein d'un univers des télécommunications de plus en plus dense et complexe. Voyage vers cette terre promise où le temps des rythmes biologiques, le temps des horloges, le temps technique, le temps profane et le temps sacré se rejoignent pour seconfondre et s'unifier dans un temps unique supra-sensible.

Le but de l'art vise aujourd'hui à nous rendre conscient d'un radical changement de nos comportements. Dans ce changement des comportements, l'artiste propose ses propres modèles. Ces nouveaux modèles ont pour fonction une plus grande connaissance de nous-mêmes. Les nouvelles technologies prolongent nos perceptions et prédisposent chaque individu, dans son vécu, à repousser les frontières pour atteindre les domaines du supra-sensible qui frémissent là, aujourd'hui, au bout de nos doigts... Ce filet de plus en plus serré que tisse notre environnement communicationnel contribue à long terme à favoriser l'émergence d'une conscience globale qui tendra à se substituer à la notion typiquement occidentale de fragmentation individuelle. En facilitant une certaine synchronie, les nouveaux médias renforcent la conscience collective. L'homme moderne enveloppé par une sphère mouvante d'informations, doit trouver le tempo de sa propre partition pour réaliser son intégration harmonique au mouvement général.

L'Esthétique de la Communication témoigne de ce rapport harmonique et du plaisir qui en découle. Elle témoigne de formes nouvelles d'expressions propres à notre époque. Elle témoigne de formes d'art extrêmement diversifiées qui reposent toutes sur un concept fondamental: le concept de relation. Dans ces formes d'art, la notion d'intervalle constitue la notion de base déterminante. Nous sommes entrés dans la période des arts de l'intervalle.

Dans le contexte des rapports dynamiques mis en jeu, dans les échanges multiples et les combinaisons interactives proposées par l'artiste, c'est ce champ même circonscrit d'énergies qui constitue son objet premier. Les formes d'art qui relèvent de l'Esthétique de la Communication rendent compte des rythmes naturels qui font partie de la vie de chaque individu et les mettent en relation avec notre univers quotidien technologique des communications. Un pont est jeté entre nature et culture... A travers les processus complexes de synchronie dans lesquels nous sommes constamment engagés, nous avons la constante impression de participer à une pulsion globale composée d'une variété infinie de petites musiques particulières. Cette situation, quand nous la ressentons, nous procure le sentiment d'une profonde adhésion au monde qui nous entoure. Ce sont les mêmes fréquences qui traversent l'activité mentale de notre cerveau qui se retrouvent en quelquesorte, après, en expansion dans les réseaux électriques, électroniques et télématiques...

La mise en relation des rythmes individuels avec ceux qui se développent dans les réseaux télématiques, la mise en évidence des rythmes humains en relation avec les champs de l'énergie cosmique, voilà où réside, aujourd'hui, le noeud central de l'art contemporain. Un art contemporain de recherche qu'il ne faut surtout pas confondre avec la production artistique inspirée par le marché.

Yves Klein, le monochrome en précurseur sensible, nous avait déjà indiqué la voie à suivre dans cette direction. Sa disparition prématurée ne lui aura pas permis de connaître les développements étonnants de notre société électronique et de communication. Par de nombreux côtés, il est pourtant évident que sa pratique artistique, comme la pensée qui la sous-tendait, relevaient directement du champ circonscrit par l'Esthétique de la Communication. Pour lui, comme pour nous, aujourd'hui, le problème de l'art n'est pas un problème d'objet, de forme ou de couleur, mais avant tout un problème d'énergie. D'énergie à localiser, à manipuler, à répartir, à représenter... La connaissance du sensible n'apparaît jamais comme l'interface médiatrice du concept et de la connaissance intellectuelle. La connaissance du sensible relève de pratiques spécifiques qui se fondent plutôt sur l'expérience vécue offerte sur le mode du partage et, quelque fois, de la participation active.

 

12- Esthétique de la communication et crise de la perception

e voudrais insister sur le fait que la sensibilité contemporaine est toute imprégnée de doute et d'incertitude. Les notions d'espace, les notions de temps, les échelles de grandeur que l'on croyait acquises sont remises en question. Notre époque traverse une profonde crise de la perception au moment où l'interprétation théorique de différents phénomènes physiques est elle-même remise en cause. Notre sensibilité se trouve ainsi marquée par ce climat ambiant; modelée par les effets continus de changements fondamentaux dont les rythmes s'accélèrent. Les médias technologiques sont devenus pour l'homme moderne des prothèses qui nous introduisent dans des contrées du temps et de l'espace qui nous étaient encore inaccessibles hier. La télévision et le téléphone au quotidien nous expédient aux antipodes et installent le monde dans notre salon. A la notion classique d'objet séparé, de limite, de lieu unique, nous sommes appelés maintenant à réagir de plus en plus aux notions d'interface, de commutations, de simultanéité. L'ubiquité n'est plus une vue utopique de l'esprit: la technologie de communication se réalise tous les jours sous certaines conditions.

Ce monde du sensible que nous vivons se manifeste par des déplacements d'informations, des configurations dynamiques qui nous entraînent et nous saisissent dans leurs mouvements. Représentations qui prennent naissance et vie dans des structures aux éléments interchangeables qui ont nom de dispositifs, de systèmes, de réseaux... Les changements sensibles de notre perception et de notre rapport au monde qui en découlent, dans nos comportements les plus courants, attestent de la naissance d'une esthétique nouvelle. Une esthétique dont l'objet qu'elle désigne se situer désormais hors du visible, hors du tangible dans des zones de l'infraperception où notre sensibilité d'homme moderne se retrouve. Les systèmes technologiques d'échanges dans lesquels nous sommes directement impliqués à la fois comme acteur; et à titre individuel ou collectif comme élément constitutif du système, ouvrent la voie, en effet, à des rapports du sensible qui ne se passent plus obligatoirement par le visuel ou le verbal. Notre vécu journalier se déroule dans un champ global d'interactions et d'événements créés par les médias électriques ou électroniques. Le bain d'informations permanent dans lequel nous vivons infléchit notre façon de sentir vers des formes nouvelles. Inévitablement, s'il n'est pas dévoyé et détourné par des pressions économiques de sa vocation naturelle, l'art d'aujourd'hui devrait répondre aux attentes de cette nouvelle sensibilité et lui donner en les découvrant ses formes spécifiques d'expression. Des formes d'expressions relevant précisément de cette Esthétique de la communication et d'un art qui serait autre chose qu'un art à voir ou a entendre; Un art dont la pratique et la finalité se situe au-delà de l'image, au-delà du geste pictural, au-delà de l'objet... dans a communication, elle-même, et ses modalités de fonctionnement.

Le processus de dématérialisation de l'art depuis Duchamp, le recours des artistes au concept, à l'attitude, à l'intention favorise l'ouverture de sa lecture. C'est le domaine même de l'art qui s'en trouve élargi. Avec Yves Klein, son école de sensibilité, son théâtre du vide, sa perspective cosmique, nous sommes introduits phonétiquement dans la civilisation confrontée à la conquête de l'espace et aux mystères de la matière. Dans la société de l'électronique et des télécommunications, l'homme s'achemine, toujours plus, vers un rapport moins concret à la réalité, vers une dématérialisation de son quotidien. Notre sensibilité ne peut pas manquer de s'en trouver profondément modifiée. Ce que l'art a maintenant à nous faire " sentir ", c'est que le découpage des sons ou le codage des images n'est qu'une illusion derrière laquelle s'agitent des millions d'électrons. La représentation que s'efforcent de " figurer " les artistes de l'Esthétique de la Communication, c'est une représentation qui puise son origine au-delà du réel, au-delà des apparences et des cadres conceptuels habituels. La Technologie nous engage dans une " saisie " du monde où le repère perd son sens au profit des sources électroniques d'évaluation. Les représentations vidéographiques et infographiques se substituent à la matérialité des distances avec une telle force qu'elles sont en passe de dissoudre purement et simplement leur référent.

Les bases sur lesquelles nous prétendions, hier, fonder et légitimer nos représentations deviennent précaires et souvent suspectes. Avec l'image télévisuelle par exemple, notre perception vacille sous le choc temporel de la diffusion instantanée. Dans cette même image, l'obstacle physique comme l'obstacle du temps se diluent soudain dans un nuage bleuté d'électrons... L'espace se trouve aplati, rapetissé, laminé par le vecteur de communication. L'accéléré, le ralenti ou... le retour en arrière de l'image filmique ou vidéo bouleversent nos concepts et nos conventions du temps. La notion d'espace continu et homogène de l'héritage euclidien s'effrite devant les nouveaux concepts d'espace discontinu. Espace jalonné des quelques balises que notre perception à l'échelle humaine est bien incapable de repérer. Il faut donc, désormais, que nous apprenions à nous installer dans le provisoire. Il faut nous faire à l'idée d'une errance permanente. Nous accommoder d'une instabilité que nous devrons bien finir par domestiquer. Enfin trouver ce point, à la fois fixe et mobile, d'où notre regard sera en mesure de découvrir et d'inventer cette nouvelle relation entre notre espace vécu, notre espace électronique et notre espace en devenir... Pour cela, nous devrons nous appuyer sur des notions qu'il faut intégrer au plus vite et qui portent pour nom des mots étrangers et barbares: commutation, arborescence, intermittence, intervalle, modulaire, interactif...

 

13- Esthétique de la communication, sensibilisation, sensualisation

Si la réflexion et le travail mené par l'Esthétique de la Communication nous aide à partager et à comprendre des processus encore complexes, à travers les artistes qui la représentent, elle contribue à mettre en évidence les rapports sensoriels que nous entretenons avec les nouveaux médias. Après avoir cru pendant longtemps que ces médias " désensorialisaient " la communication, force nous est de constater qu'il n'en est rien. Intégrés de plus en plus ànotre mode de vie, ils constituent une sorte de réseau sensible par où transitent à chaque instant nos échanges. Ils sont devenus supports, prolongation, amplification de nos vibrations les plus intimes. Notre relation de dépendance aux technologies de communication dans la vie quotidienne nous permet d'affirmer que cette situation est génératrice de nouvelles formes de sensibilité. La télévision par exemple a créé une forme de relation esthétique singulière sur la " présence à distance ". La télévision comme l'ordinateur sont sources vives de pulsions environnementales dont nous ne maîtrisons pas encore les effets sur nos systèmes nerveux. L'on peut s'interroger, par ailleurs, sur une utilisation qui, à long terme, pourrait transformer certains de nos processus de pensée. Il est bien évident que les systèmes médiatiques de notre société électronique " chauffent " à froid notre environnement et le portent à un certain degré de " sensualisation ". Nous sommes plongés en permanence dans un bain électronique qui dispense à l'individu une gamme de plus en plus intense de stimuli. Le corps de la société, comme notre propre corps, se trouve enveloppé par un immense filet de communication. A la crainte et à la nostalgie de ceux qui dénoncent, là, le risque de nous voir amputé d'une relation physique directe avec le monde immédiat - nous faisons remarquer que nous pratiquons désormais des hybridations qui constituent les rites de passage. De plus en plus, ces phénomènes d'hybridation associent étroitement l'homme et la machine. Dans un futur proche, il est hautement prévisible que l'ordinateur jouera le rôle d'interface entre des fonctions techniques et organiques. Les médias électroniques opèrent une rupture cognitive qui constitue une véritable révolution psychologique susceptible de modifier radicalement notre relation au monde. Cette révolution, contrairement aux craintes des plus pessimistes, contribue à enrichir les facultés sensorielles de notre organisme. Nos sens tactiles et acoustiques se trouvent activement sollicités. Faits de perception et faits de cognition s'intègrent désormais simultanément dans des configurations nouvelles qui échappent à la pensée linéaire.

Ce que l'artiste de la communication vise à exprimer par ses actions, c'est que nous sommes situés au centre d'un processus global d'information et que son fonctionnement complexe place l'individu dans une position inédite où il se voit contraint de découvrir et d'inventer les nouvelles formes de régulation avec son milieu. Le but des artistes de la communication n'est certes pas de produire des significations au premier niveau, mais bien de nous faire prendre conscience comment la pratique généralisée de la communication interréagit, finalement, sur l'ensemble de notre système sensible. Comment cette évolution met en place les données d'une " sensibilité moderne " en lisière de nos perceptions et des nouvelles " formes de sentir "; ouvrant ainsi de nouvelles voies esthétiques...

 

 

Fred Forest

NOTES

     

  1. Fritjof Capra, Le temps du changement, Rocher, Paris.

  2.  

(2) Fred Forest, Art Sociologique Vidéo 10/18 U.G.E. Paris 1977. Rainer Wick, Nicht Kunst, nicht soziologie: Dans collectif d'art sociologique, " Kunstforum " Band 27 3-78.

(3) René Thom, Entretien, Journal Le Monde, Dimanche 2 juillet 1984, Paris.

4) Marshall Mc Luhan, " Pour comprendre les médias ", Mame Seuil, Paris, 1968, page 266.

(5) Marshall Mc Luhan, " Pour comprendre les médias ", Mame Seuil, Paris, 1968, page 12.

(6) Gregory Bateson, " Vers une écologie de l'esprit ", p. 150, Le Seuil, Paris, 1977.

(7) Bertalanffy, " Théorie générale des systèmes physiques, biologiques, psychologique, sociologique, philosophique ", Paris, Dunod, 1973.

(8) En 1983 s'est mis en place à Paris un réseau téléphonique qui offre la possibilité d'un échange verbal érotique tarifé pour quinze minutes.

(9) Frank Popper, " Le déclin de l'objet ", Paris, Chêne, 1975. Lucy Lippard, " Six years: the dematerialization of the art object from 1966 to 1972 ", Ed. and Annoted by Lucy Lippard, New York.

(10) " Art sociologique ", Editions 10/18, U.G.E., Paris, 1977.

(11) Frank Popper, " Art action participation " Ed. Klincksieck, Paris, 1980.

(12) Fred Forest action " Portrait de famille " réalisée à l'Hay-Les-Roses dans un grand ensemble de la banlieue parisienne.

(13) " La relation comme interrogation ", J.L. Daval in " Relation et relation ", page 102, Yellow now, Liège, 1981.

(14) Umberto Eco, " L'oeuvre ouverte ", Editions du Seuil, Paris, 1965.

(15) Edward T. Hall, " La nouvelle Communication ", p. 212, Le Seuil, Paris, Current Anthropology Vol. 9, No 2-3 (1968) 95-108-NdE, 1981.

(16) Gregory Bateson, " Vers une écologie de l'esprit ", page 141, Seuil, Paris, 1977.

(17) Mario Costa, Conférence débat, Musée d'art moderne de la ville de Paris. Décembre 1982, Exposition Electra.

(19) Derrick de Kerckhove, Directeur du " Marshall Mc Luhan Programme ".

^


Présentation | Exposition | Réflexion | Actualités | Contact

Copyrights Fred Forest